Bord'Elle

Cette peur qui me paralyse …

on 27 octobre 2016 No comments

Bonjour mes petits lapins !

Je ne sais pas vous, mais en fait dans ma vie il y a peu de choses qui me rendent vraiment triste. Bien sur, j’ai de l’empathie et de la compassion pour les gens qui vivent des choses dramatiques dans le monde mais je ne peux pas m’octroyer leur peine. Et puis, il faut reconnaître qu’avec la radio pour seule source d’information, j’en suis relativement bien protégé…

J’ai finalement peu de raison d’avoir du chagrin. De petites déceptions nous en avons tous mais cette tristesse qui ne te laisse aucun autre choix qu’un chocolat chaud sous la couette avec ton livre doudou, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas ressenti.

Et le problème, ce n’est pas d’être triste. Non, je suis assez grande maintenant pour savoir que ces sentiments disparaîtront avec le temps et rapidement dans le cas présent (puisque leur durée d’effacement est proportionnelle avec la force de ce que j’ai pu ressentir.). Je sais aussi que ça ne détruit pas non plus mes rêves de trouver un jour LA bonne personne. Parce que oui, pour moi, le pire dans une rupture c’est quand elle emmène avec elle tout espoir et rêve de futur heureux !

En fait mon problème, c’est que j’ai tellement peur de sombrer dans la dépression à nouveau un jour que je refuse d’affronter mon chagrin. Je tente par tous les moyens de le minimiser, de le rationaliser. Je n’ai presque pas pleurer juste des larmes qui ont soudainement débordé comme une vague qui serait monté trop haute avant de se retirer… Je sais que cette peur est idiote car le simple fait d’être consciente me protège de la dépression mais c’est tellement effrayant. Je n’ai aucun souvenir des 8 premiers mois de ma propre fille et maintenant que nous ne sommes plus que tous les trois que se passerait-il si je disparaissais à l’intérieur de moi-même ? Qui prendrait soin d’eux ? Et puis ils sont grands, ils se souviendront …

Alors non, je refuse de me laisser emporter, je veux me battre, je ne veux pas pleurer, je ne veux pas faire de pause. Et j’ai beau me sentir vide et épuisée de l’intérieur depuis vendredi dernier, je me force à continuer ma route. Je me force à être active, je me force à trouver la force de bouger et de faire des choses. En revanche, je ne force pas mon humeur, si les enfants font quelques choses d’adorables, je leur dis et je les serre fort contre moi s’ils sont infectes, je le leur dis aussi mais je ne cherche pas le réconfort dans l’entre deux. Et puis surtout, j’essaie d’accepter leur déception à eux parce qu’au final eux aussi c’était beaucoup attaché. Il leur faudra du temps et je leur ai promis qu’ils avaient gagné un ami avec qui jouer aux Kaplas… Et je leur ai aussi promis que moi aussi j’y jouerais … Parce que ma vie sera déjà bien assez courte pour n’en profiter que lorsque je suis accompagnée !

A la prochaine et de meilleure humeur je l’espère !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share this post:
marie-neCette peur qui me paralyse …

Join the conversation